Rassemblement de soutien à Roland Veuillet : soyons nombreux(ses) le jeudi 22 février, 18h00,place Gutenberg, à Strasbourg

vendredi 16 février 2007
par  sudeducationalsace
popularité : 8%

Sud Education alsace organise un rassemblement le jeudi 22 février, à partir de 18h00, place Gutenberg, à Strasbourg, en soutien à notre camarade Roland Veuillet, victime de répression anti-syndicale. 

 

Historique des faits : 

Conseiller Principal d’Education à Nîmes au lycée Dhuoda, Roland VEUILLET est suspendu de ses fonctions le 3 février 2003, alors qu’il était en grève, puis muté d’office à Lyon, à 300 Km de ses enfants, depuis juin 2003.

Dès la nomination en 2000 de Roland dans ce lycée, le proviseur déclare que son arrivée sera source de difficultés et n’aura de cesse de demander son départ. En 2001, il écrit : tant « que M. VEUILLET restera au lycée, nous rencontrerons des difficultés majeures pour y développer un projet éducatif partagé ». Traduire : déréglementation et gestion managériale du personnel, contre lesquelles l’intersyndicale (SNES, SE, CGT, SUD) s’élève en demandant en vain au rectorat une médiation.

Militant syndical élu au conseil d’administration, Roland VEUILLET s’oppose, encore, avec les élus du personnel, à la présence devant cette instance d’un suppléant du conseiller régional MNR.

Une convention de partenariat MEDEF-Rectorat de Montpellier, signée en 2000, permet à l’organisation patronale de participer à l’élaboration de la carte scolaire. La mise en place dans les établissements volontaires de « Plates-formes Technologiques » (PFT) autorise le patronat local à collaborer au choix des enseignements dispensés, des équipements, et à passer des commandes au lycée exécutées par les élèves. Roland Veuillet dénonce cette intrusion du MEDEF dans la formation. Avec d’autres représentants du personnel, il engage en 2002 des recours juridiques pour faire annuler la PFT après que le proviseur l’ait fait voter irrégulièrement par le conseil d’administration. Ce combat majeur est un choc frontal.

Comment se débarrasser de ce syndicaliste gênant ? En appliquant méthodiquement tous les procédés de chasse à l’opposant : harcèlement, dénigrement, pressions et intimidation de ceux qui malgré tout continuent à soutenir Roland. Les courriers du proviseur au recteur illustrent la méthode : après avoir baissé la note de Roland de trois points, « nous pensons même que le rapport de force permet d’envisager une note plus sévère » et « nous proposons que M. VEUILLET soit inspecté avant la fin de l’année ...nous pensons nécessaire d’envisager son départ pour trouble de service », lettre du 05/06/2001.

Malgré l’application besogneuse du proviseur, il faudra attendre la grève de janvier 2003 contre la suppression du statut des surveillants et aides éducateurs pour tenir enfin l’occasion de voir ces efforts récompensés. Le proviseur utilise la grève pour « chauffer » les non grévistes par l’affichage en salle des professeurs de courriers dénigrant l’action syndicale de Roland ; il monte les parents d’élèves en organisant le désordre à l’internat qu’il ouvre, puis ferme, puis rouvre à moitié, en mettant ces dysfonctionnements sur le compte des grévistes.

La provocation atteint son comble avec la demande (illégale) aux maîtres au pair (élèves les plus anciens) de remplacer les surveillants grévistes le 16 janvier. Il récidive le 30 janvier, cette fois après avoir appelé parents et élèves à venir demander des comptes à Roland VEUILLET, qui demande en vain un ordre de réquisition écrit pour les maîtres au pair.

Le recteur peut enfin suspendre Roland VEUILLET dès réception du rapport du proviseur du 31 janvier 2003 avec pour seul reproche « Depuis le 17 janvier, M. VEUILLET s’est déclaré en grève, ostensiblement, pour soutenir le mouvement revendicatif des surveillants et aides éducateurs. » (assorti de la description d’activités .. syndicales).

L’euphorie passée, le recteur considère qu’il faut dissimuler les motifs trop évidents d’une sanction anti-syndicale. On bricole alors : « s’est déclaré en grève, ostensiblement » est remplacé par « atteinte au bon fonctionnement du service » ; et l’entourage de la direction fournit des témoignages (postérieurs à la suspension) pour justifier un « comportement agressif et violent ».

Le conseil de discipline conduit à l’effondrement de l’accusation, dont certains témoins à charge se contredisent alors que d’autres s’abstiennent de venir à l’audience. Aucune des sanctions proposées ne sera votée.

Mais peu importent les preuves apportées par la défense, les témoignages à charge qui s’effondrent : le procès-verbal du conseil de discipline les occultera, car le sort de Roland est scellé depuis longtemps. Le Recteur prononcera la sanction la plus lourde qu’il pouvait décider seul.

Le Ministre d’alors ne daignera pas répondre aux recours de Roland. Il ignorera ses demandes d’entrevue, tandis que Roland proteste en parcourant la France en courant pendant une année entière à chaque période de vacances scolaires, plus de 5000 Kms dont 2000 autour du ministère. Son successeur maintiendra la sanction, et attendra plus d’un mois avant de nommer un médiateur, alors que Roland stationne en grève de la faim devant le Ministère pour demander une enquête administrative.

Le 25 janvier 2005, le Conseil Supérieur de la Fonction Publique s’est prononcé pour l’annulation de toute forme de sanction à l’en contre de Roland Veuillet. Malgré ce désaveu de la plus haute instance paritaire de la Fonction Publique, le ministère fait la sourde oreille et "ignore" cet avis. 

Nous exigeons que la vérité soit enfin établie sur cette affaire par une enquête administrative, et que justice soit rapidement et complètement rendue à Roland Veuillet.

 

 


Commentaires

Agenda

<<

2017

 

<<

Novembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
303112345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930123
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois