Pas une voix pour l’extrême droite, pas de Le Pen à l’Elysée !

samedi 16 avril 2022
par  sudeducationalsace
popularité : 0%

PDF - 261.7 ko
Téléchargez le tract
PDF - 132.6 ko
Téléchargez l’affiche

Les personnels de l’Éducation nationale œuvrent chaque jour à construire une école émancipatrice pour les élèves mais aussi à construire la société de demain en sensibilisant les élèves à la lutte contre les discriminations, aux enjeux environnementaux mais aussi aux idéaux de justice sociale. Ces aspirations des personnels sont incompatibles avec le discours de l’extrême droite. Les personnels de l’Éducation doivent être un rempart contre l’extrême droite ! Au-delà, c’est bien toute la société qui doit se mobiliser contre ses projets nauséabonds.

L’extrême droite a toujours été et demeure aujourd’hui une ennemie mortelle des travailleur·euses. Ses idées les plus nauséabondes saturent le débat public. Les idéologies mortifères racistes, antisémites, islamophobes, LGBTQI-phobes, sexistes n’ont pas leur place à l’école. Il faut les faire reculer par tous les moyens. le RN n’est pas un parti comme les autres. Pour rappel, quelques éléments ci-dessous sur son programme pour l’école :

1. La première mesure du RN pour l’école est d’instaurer un uniforme ou une blouse à l’école et au collège pour les élèves. Le retour à l’uniforme fait partie d’une vieille rengaine de l’extrême droite nostalgique de l’école de la IIIe République.

2. La fin du collège unique incarne la politique ségrégative de l’extrême droite dont l’objectif est d’orienter le plus tôt possible les enfants des classes populaires vers un métier nécessitant peu de qualifications scolaires en brimant leur accès à une culture commune dispensée dans les enseignements généraux.

3. Le programme du RN au sujet du contenu des enseignements s’attache principalement à renforcer le volume horaire des cours d’histoire et de français dans une visée exclusivement nationaliste : il s’agit de “mettre en place un Roman national qui redonne des repères historiques, identitaires et culturels uniques à tous les petits Français” selon les mots du RN. Pour l’extrême droite, l’exaltation de la nation, c’est avant tout l’exclusion et la domination pour tou·tes celles et ceux qui n’entrent pas dans ce “roman national” homogène et unique.

4. Le RN revendique la suppression des enseignements des langues et de culture d’origine (ELCO) : cette mesure est une mesure purement xénophobe qui a pour but de discriminer les personnes immigrées en les contraignant à couper les liens linguistiques qu’elles pouvaient conserver avec leur pays d’origine. Cela s’inscrit dans le projet plus global du RN contre l’immigration.

5. Le RN vise spécifiquement les élèves de confession musulmane en revendiquant l’interdiction des repas de substitution dans les cantines. Pourtant les repas de substitution ne dérogent pas aux exigences de neutralité du service public, comme l’a confirmé le Conseil d’État.Avec sa proposition d’interdiction des repas de substitution, le RN continue de dévoyer l’idée de laïcité à des fins islamophobes et antisémites. Cela entre dans le cadre des offensives islamophobes, comme la volonté de Le Pen d’interdire le voile dans l’espace public.

6. Le programme du RN diabolise les “banlieues” et crée un récit fantasmé de celles-ci. Le RN dit vouloir y rétablir “sans concession de l’ordre républicain” qui se décline dans son Plan Banlieue en trois mots : “discipline”, “sécurité” et “répression”. Le RN est un parti qui discrimine les enfants et détruit le vivre-ensemble en imposant un régime d’inégalités en fonction de la nationalité. C’est l’extension d’un régime de préférence nationale aux élèves qui est proposée par le RN. L’extrême-droite diffuse un discours xénophobe et nationaliste d’exclusion des enfants allophones de l’école.

7. Le RN va accélérer une véritable entreprise de répression massive contre tous les personnels qui ne pensent pas comme lui, à en juger par les accusations contre les “pédagogistes”, l’”entrée des LGBTI à l’école” etc.

Notre colère contre le système d’exploitation et de domination est forte et légitime, mais jamais Marine Le Pen ne sera une solution : elle fait partie du système et du problème, elle le renforce même.

Pas une voix pour l’extrême droite, l’ennemie :

- des travailleurs et travailleuses

- des femmes

- des personnes racisées

- des personnes exilées

- des juif•ves et des musulman•es

- de l’école

- des lgbti

- de la rue

- de la liberté d’expression

- des droits sociaux

- de la liberté pédagogique

- du service public

- du vivre ensemble

Macron on peut le combattre, Le Pen elle va nous abattre, pas une voix pour Le Pen !


Sites favoris


4 sites référencés dans ce secteur