Quand Blanquer fait appel à la BAC pour casser le bac

Communiqué intersyndical du Bas Rhin
vendredi 7 février 2020
par  sudeducationalsace
popularité : 0%

La contestation des E3C (épreuves communes de contrôle continue) s’amplifie sur l’ensemble du territoire. Blanquer qui cherche à minimiser le mouvement est contraint de faire appel à des retraités pour remplacer les professeurs grévistes pour la surveillance, et aux proviseurs aidés des inspecteurs de l’éducation nationale pour faire le choix des sujets au mépris des progressions pédagogiques réelles. La police est envoyée systématiquement pour étouffer la moindre contestation visible. Ainsi, dans certains établissements les épreuves tournent à l’escape game avec des lycéens confinés dans leurs lycées par les forces de l’ordre. Les menaces et les intimidations à l’égard des enseignants et des lycéens se multiplient, tout comme les arrestations arbitraires. A Strasbourg, trois personnes, dont deux lycéens, qui s’étaient rassemblées devant le lycée Marie Curie pour protester contre la réforme du Bac et celle des retraites ont été arrêtées par la police et placées en garde à vue. A Haguenau, Molsheim et Strasbourg, enseignants et élèves se mobilisent pour dénoncer les E3C et un bac local qui ne feront qu’aggraver les inégalités sociales.

Dans tous les établissements, les DHG (dotations horaires globales) sont une fois de plus en baisse avec pour corollaire des suppressions de postes, des effectifs de classes pléthoriques de la maternelle à l’université et une dégradation des conditions d’enseignement. A la casse de l’éducation, s’ajoute celle du statut des fonctionnaires avec une remise en cause des prérogatives des commissions paritaires en ce qui concerne la gestion des mutations, des promotions et un recours accru aux contractuels. Quant à la promesse de Blanquer d’inscrire la revalorisation des salaires des enseignants dans la loi, elle a été balayée d’un revers de la main par le conseil d’Etat car anticonstitutionnelle (une loi ne pouvant en imposer une autre, à venir). Le gouvernement est par ailleurs déterminé à geler le point d’indice des fonctionnaires jusqu’en 2022 et à réduire de manière drastique leurs pensions dans le cadre du système par points.

Les organisations CGT, FO, FSU, SUD Education et CNT dénoncent la répression à l’égard des personnels de l’éducation et des lycéens et demandent l’abrogation des lois réformant les lycées ainsi que de la loi de transformation de la Fonction Publique. Elles demandent l’annulation de toutes les épreuves de contrôle continue qui se déroulent actuellement dans des conditions iniques dans nos lycées. Elles demandent un investissement massif dans l’éducation et des mesures de rattrapage de salaires immédiates sans contreparties. Elles restent plus que jamais mobilisées pour l’abandon de la réforme des retraites.

Rassemblement mercredi 12 février à 14 heures devant le rectorat

pour montrer que nous sommes et restons déterminés et que nous ne nous laisserons pas intimider par Blanquer et ses contremaîtres !

le rassemblement sera suivi d’une ag (dans un lieu qui sera précisé ultérieurement)

CGT, FO, FSU, SUD Education et CNT


Commentaires

Agenda

<<

2020

 

<<

Avril

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
303112345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930123
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois