Bulletin secondaire de SUD Education Alsace

vendredi 1er avril 2011
par  julien
popularité : 5%

Les soldes continuent à l’Éducation nationale : liquidation totale !
Tout doit disparaître !

Selon une note du Centre d’Analyse Stratégique, organisme rattaché à Matignon, sur l’emploi public dans les pays de l’OCDE, la France serait bonne dernière des 34 pays membres de l’OCDE pour l’encadrement des élèves : « il y a 6,1 enseignants pour 100 élèves en France. C’est le taux le plus bas des pays de l’OCDE ». Mais il faut croire que c’est encore trop, les suppressions de postes continuent : 14700 pour la rentrée prochaine dans le public.

L’objectif d’économies budgétaires guide l’ensemble des réformes, mais pas seulement : il s’agit aussi de poursuivre l’ouverture du grand marché de l’éducation au secteur privé. On peut se demander ce qu’il restera du service public d’éducation d’ici quelques années. Plutôt que de « réformes » c’est d’une véritable liquidation dont il faut parler.

Dans le désordre :

  • « réforme » du lycée qui ne vise qu’à augmenter le nombre d’élèves par classe,
  • stages pendant les vacances pour faire semblant de compenser les dégâts des réductions d’horaires-matières,
  • gestion par projets pour espérer avoir le simple droit de fonctionner « normalement »,
  • évaluation par le chef d’établissement (la mise en place de directeurs-chefs d’EPLE bloque encore dans le primaire, mais pour combien de temps ?) et valorisation de la soumission à la hiérarchie,
  • mastérisation et marginalisation des concours pour le recrutement (se profile même le projet de formations en alternance, où les étudiants en licence et master assureraient des cours dans les établissements, payés comme des AE),
  • saccage de la voie technologique (en commençant par les STI, où les collègues sont obligés de se reconvertir, en se formant sur leur temps libre, la loi sur la mobilité pouvant permettre de se débarrasser de ceux qui ne seront pas assez « flexibles »),
  • casse du statut avec l’extension du dispositif CLAIR/ECLAIR et généralisation des postes à profil (là encore, la loi sur la mobilité pourra servir au besoin à éliminer les collègues récalcitrants),
  • évaluation par compétences à tous les niveaux, avec un livret de compétences qui suivra l’élève, de la maternelle à l’université puis l’entreprise
  • liquidation du service public d’orientation, au plus grand bénéfice d’officines privées...

On pourrait poursuivre l’énumération, mais la logique d’ensemble est toujours la même : économies budgétaires et désengagement de l’État. Nous savons que cela se fait au détriment des élèves, surtout les plus fragiles d’entre-eux, et au détriment des personnels, dont les conditions de travail ne cessent, et ne cesseront, de se détériorer. En l’absence de mobilisation massive cette politique de liquidation se poursuivra, quelques soient d’ailleurs les résultats de prochaines élections... SUD Éducation continuera d’agir pour organiser une riposte à la hauteur des enjeux. Rejoignez-nous pour nous donner plus de force !

PDF - 957.8 ko
Bulletin secondaire de SUD Education Alsace

Commentaires

Agenda

<<

2017

 

<<

Novembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
303112345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930123
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois