Base élèves : la CNIL interpelle le Ministère (article du Canard Enchaîné)

vendredi 29 juin 2007
par  sudeducationalsace
popularité : 4%

  « Zéro pointé pour le fichier des écoles « 


« La Commission Nationale de l'Informatique et des Libertés (CNIL) vient
d'adresser au ministère de l'Éducation Nationale une lettre peu aimable
exigeant des explications, avant quinze jours, sur la sécurité des
fichiers baptisés « Base Élèves », qui recensent les écoliers. La CNIL
demande à être immédiatement informée des mesures qui doivent être
prises pour assurer la confidentialité des données. En réponse, le
ministère a pris, pour commencer, une mesure radicale : tout accès à ces
fichiers a été provisoirement fermé.


Il faut dire que l'administration s'est mise dans de bien mauvais draps.
« Base Élèves » est un système informatique dont le principe même
avait été contesté par des syndicats d'enseignants et les associations
de parents. La fiche de chaque enfant contient son état civil, mais
aussi des informations sensibles sur son orientation, ses éventuelles
difficultés, sa vie sociale et familiale, l'autorité parentale, la
« culture d'origine »... Ces données devaient bien sûr être protégées,
et n'être accessibles qu'aux directeurs d'école, aux maires (s'ils en
faisaient la demande) et à l'administration centrale. La réalité a
dépassé toutes les craintes des opposants.


Les fichiers de centaines d'écoles étaient consultables sur Internet :
il suffisait de donner comme nom d'utilisateur le numéro de
l'établissement (renseignement public) et comme mot de passe... le même
numéro ! « Le Canard » a pu vérifier cet état de fait dans plusieurs
académies, avant la décision de fermeture prise la semaine dernière.
Explication : consigne avait été donnée aux chefs d'établissement de se
simplifier la vie, en évitant de mémoriser un mot de passe compliqué.
Une faute que ne commettrait pas un informaticien débutant.
Impossible de savoir s'il y a eu des consultations frauduleuses, voire
des modifications de données. Mais, à la CNIL, on fait observer que les
engagements pris par le ministère en matière de sécurité n'ont pas été
respectés. Ce qui ne constitue pas seulement une faute, mais aussi une
infraction pénale. Avec la nouvelle doctrine Sarko, selon laquelle aucun
délit ne doit rester impuni, cela va saigner !


*Louis-Marie » Horeau*

 


LeCanard enchaîné du 27juin 2007


Commentaires

Agenda

<<

2017

 

<<

Septembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
28293031123
45678910
11121314151617
18192021222324
2526272829301
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois