Professeurs stagiaires : pourquoi se syndiquer

mardi 26 juin 2007
par  sudeducationalsace
popularité : 8%

Se syndiquer à SUD éducation pour renforcer le syndicalisme

 SUD existe dans l’Éducation nationale depuis 1996. Les luttes de décembre 1995 ont amené l’exigence d’un syndicalisme différent. Le syndicalisme que nous essayons de mettre en place est un syndicalisme où l’ensemble des décisions appartient d’abord à la base. Nous nous revendiquons d’un syndicalisme de lutte. Dans les luttes, ce sont, pour SUD éducation, les Assemblées Générales de personnel qui décident. Dans le syndicat, ce sont les Assemblées Générales d’adhérents. Bien sûr, nous avons aussi un fonctionnement quotidien local et national. Vous pouvez venir nous trouvez à notre permanence, tous les mercredi de 17H30 à 20H (adresse ?) en cas de problème ou si vous voulez adhérer. Pour éviter que nos responsables ne s’éloignent du terrain, nous sommes convaincus de la nécessité de la rotation des mandats.

En outre, SUD éducation ne se contente pas de syndiquer les enseignants. Nous pensons que malgré les différences de statut, tous les salariés exerçant dans un même établissement doivent travailler et donc lutter ensemble. C’est pour cela que SUD défend aussi bien les enseignant que les aides éducateurs et les personnels TOS. Nous pensons également le combat pour une autre éducation a une cohérence à tous les niveaux. Nous syndiquons donc aussi bien des personnels du primaires et du secondaire que du supérieur.

Tout syndicat pourrait tenir ce discours, nous essayons de le transformer en actes. Ces actes passent par la formation syndicale. Tout adhérent qui le souhaite est un militant, et chacun a le droit et la possibilité de se former pour participer à la vie syndicale comme pour lutter plus efficacement sur son lieu de travail.

Un syndicat ne vit que par ses cotisations. A Sud éducation, ce vieil adage est une réalité, nous n’avons aucune autre ressource, c’est une question d’indépendance. C’est aussi le sens du présent appel à se syndiquer. Le travail syndical a un coût financier et si nos positions vous conviennent, se syndiquer permettra à SUD éducation de mieux les défendre.

Mais SUD éducation n’est pas qu’un syndicat de lutte. Nous proposons aussi une autre vision de l’école que vous pourrez découvrir en consultant nos diverses productions écrites.

Dans cet "argumentaire pour la syndicalisation", comment ne pas parler de notre appartenance à Solidaires, l’Union Syndicale qui est notre relais interprofessionnel. Les problèmes communs (retraites, protection sociale, réduction du temps de travail, salaires et conditions de travail, …) sont nombreux et justifient un renforcement du travail interprofessionnel.

Certes, Solidaires c’est moins connu que CGT, CFDT ou FO, certes les institutions ou les autres organisations ont tendance à nous "snober", mais … pas les personnels. En dix ans SUD-PTT est devenue la deuxième organisation syndicale des Télécom, en quatre ans SUD-Rail est devenue la troisième organisation des cheminots.

Un syndicalisme de lutte, un syndicalisme à la fois radical dans sa critique de la société actuelle et pragmatique dans sa relation au monde, un syndicalisme engagé dans les mouvements sociaux aux côtés de tous les sans-droits, mais aussi un syndicalisme inter catégoriel qui refuse les corporatismes hérités du passé syndical de l’Éducation nationale et parfois de son présent …

Mutations, piège à con !

Il est évident que lors de l’année d’IUFM, les deux mouvements de mutations (inter et intra académique) sont vecteurs d’angoisse pour les nouveaux enseignants. Mais à SUD éducation, nous ne vous promettons pas la lune et nous refusons d’être un syndicat de service. Adhérer à tel ou tel syndicat ne vous octroiera pas le moindre passe-droit. Nous pensons que chacun doit prendre son avenir en main et que la meilleure façon de réussir ses mutations c’est de se renseigner par soi même. Mais si vous cherchez des conseils, notre porte est toujours ouverte. C’est dans cette logique que ce tract vous propose une analyse de la récente réforme des IUFM.

Le but d’un syndicat est de défendre les salariés à l’échelle collective, dans les luttes, mais aussi à l’échelle personnelle. Le statut de stagiaire est assez inconfortable, dans la mesure ou on attend une validation de la part de la hiérarchie. Mais cela ne doit pas empêcher les nouveaux salariés de se défendre contre les abus éventuels ! La deuxième année d’IUFM comporte un certain nombre d’échéances auxquelles il faut être attentif. Par exemple, votre chef d’établissement sera appelé, en février, à vous créditer d’une note administrative qui conditionnera en partie votre progression salariale. Si celle-ci vous paraît injustifiée ou abusivement basse, vous pourrez vous tourner vers nous : nous vous donnerons des conseils afin de vous défendre. Inutile d’en référer à l’IUFM il n’a aucun pouvoir là-dessus !

Les années à venir s’annoncent difficiles pour le monde de l’éducation, alors rejoignez-nous pour lutter et construire l’alternative !

 


Commentaires

Agenda

<<

2017

 

<<

Novembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
303112345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930123
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois